Dernière mise à jour : 31/01/2020

Puissance installée

Fin décembre 2019, le parc belge se compose de 147 centrales en Wallonie (contre 144 en 2018) et 12 centrales en Flandre.

La très grande majorité de la puissance est installée en Wallonie (108 MW). 

L’essentiel de la puissance (83%) est au fil de l’eau.

Les barrages (17% de la puissance) qui sont exploités pour l’hydroénergie sont localisés à Bévercé (Malmédy), à Butgenbach, sur le Complexe de la Vesdre (Eupen), sur le Complexe de l’Ourthe (Nadrin), sur l’Eau d’Heure, à la Gileppe (Verviers) et sur la Vierre (Chiny).

Historiquement, ces barrages ont été construits à des fins de retenue d’eau potable, comme bassin d’écrêtage pour les crues ou comme soutien pour les voies hydrauliques (adduction d'eau, régulation de débit) et la fonction hydroélectrique a ensuite été exploitée (à l’exception du barrage de la Vierre construit pour assurer les pointes de demande en électricité).

La carte ci-dessous illustre la répartition géographique des centrales hydroélectriques en Belgique selon leur puissance installée.

Production annuelle


 

 

Sources : APERe, CWaPE, VREG, SPF Economie

* En absence de données des bilans régionaux à partir de 2018, la production électrique annuelle d'une centrale hydroélectrique est estimée en fonction du taux de charge. Pour un intervalle de temps déterminé, le taux de charge (TC) est le rapport de l'énergie effectivement fournie par la centrale à l’énergie qui pourrait être produite si la centrale fonctionnait en régime continu à pleine puissance. On observe que le taux de charge annuel des centrales hydroélectriques en Belgique se situe selon les cours d'eau entre 35 et 60%. Les données de pluviométrie et les informations sur les indisponibilités de centrales sont également considérées dans l'estimation.

 

Analyses dans Renouvelle

, le webmag de l'énergie durable, édite régulièrement des articles d'analyse des statistiques d'installations hydroélectriques en Belgique.