Utilisation rationnelle de l'énergie (URE)

L’URE conduit à la recherche des solutions individuelles et collectives qui induisent la plus petite consommation d’énergie. Elle vise aussi à assurer l’accès aux services énergétiques en suffisance selon leur degré d’utilité. Elle combine comportements judicieux et équipements énergétiquement efficients tout en veillant à éviter tout effet rebond.

 

Comportement judicieux

  • Faire la chasse au gaspillage
    Exemples : extinction des lumières inutiles, suppression d’achats superflus, dimension des équipements selon les besoins
  • Adapter le mode de vie et les activités
    Exemples : sobriété, consommation au meilleur moment de la journée ou de l'année, transports en commun
  • Accroître la durée de vie des biens
    Exemples : entretien du matériel, choix d’équipements à longue durée de vie

Equipement efficient

  • Technologies qui réduisent les pertes de conversion
    Exemples : chaudières à haut rendement, ampoules économiques, électroménagers A++
  • Objets et infrastructures qui réduisent les consommations d’énergie associées à leur usage
    Exemples : véhicules légers, isolation d’un bâtiment, noyaux d’habitat
  • Matériaux et services à moindre énergie incorporée (énergie grise)
    Exemples : circuits courts, isolants naturels, produits de saison

Efficacité énergétique

D’une part, l’URE vise à garantir les services énergétiques en consommant moins d’énergie : c’est l’efficacité énergétique, qui produit des « négaWatts » et qui agit essentiellement sur les équipements, comme par exemple, les chaudières à haut rendement, les véhicules plus légers ou les bâtiments bien isolés.

Adaptation de l'étendue des services

D’autre part, la démarche analyse également l’étendue des services par exemple par la sobriété. Nous entrons ici dans une dimension de type comportemental. Elle permet évidemment d’aller bien plus loin en termes de réduction des consommations d’énergie, en diminuant le rythme des services, en les rendant plus flexibles ou en les supprimant purement et simplement avec par exemple, la suppression d’achats superflus, le déplacement des activités selon la disponibilité de l’énergie ou un changement de mode de vie.

Organisation selon disponibilité de l'énergie

En fonction de la disponibilité de l’énergie et la période, une hiérarchisation des services énergétiques peut être organisée en tenant compte d’un degré d’utilité des services demandés. Pensons à l’expérience pilote de la station polaire Princesse Elisabeth qui donne selon l’heure de la journée la priorité aux activités de recherche ou à celles récréatives. Ainsi, dans un système à ressources limitées, le cadre qui régit ces priorités joue un rôle essentiel dans une organisation équitable. Les règles de droit, la fiscalité, la politique de prix et les sciences humaines ont ici un rôle clé à jouer pour nous amener à consommer au meilleur moment.

Lutte contre l'effet rebond

Le volet comportemental s’avère aussi central dans la lutte contre ce qu’on nomme « l’effet rebond ». Celui-ci annule les bénéfices énergétiques d'une meilleure efficacité par l’augmentation de l’étendue du service demandé ou encore indirectement par un transfert vers des nouveaux services encore plus énergivores.
Exemple d'effet rebond direct (augmentation de l'étendue): « Je m'équipe d'une voiture à faible consommation, mais j'augmente le nombre de km parcouru »
Exemple d'effet rebond indirect (transfert)  : « J’habite une maison passive et, fier et soulagé par l’économie d’énergie sur mon chauffage, je profite allègrement de l’offre de vols lowcost pour des weekends exotiques  ».

Français
APERe asbl
Rue Royale, 35 - 1000 Bruxelles

Antenne d'exploitation :
Rue Nanon, 98 - 5000 Namur


Email. info_ad_apere.org
T. +32 (0)2 218 78 99